Pour les petits nouveaux ou futurs inscrits :
Apparemment les courriels d'activations arrivent sporadiquement ; si vous ne recevez rien, n'hésiter pas à me faire parvenir un courriel direct ;)

Le bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Un sujet par membre, un suivi au fil du temps & de l'eau de votre installation
Répondre
Ralke
Messages : 455
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 à 9:56
Localisation : Tarn

Le bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Ralke » sam. 18 avr. 2015 à 14:51

Or donc, je déménage sur la section adaptée.
Je fais suite à ce sujet là.

J'en profite pour continuer les demandes d'info, si quelqu'un connait le petit nom de cette plante :
[attention, les images piquent toujours autant l'œil.]
Image

Bon, hum. C'est la plante décapitée par une de mes phryganes, quelques racines à l'air (ou à l'eau, en l'occurrence), la partie inférieure encore un peu algueuse. Dans son jus quoi, ou presque.

Ralke
Messages : 455
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 à 9:56
Localisation : Tarn

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Ralke » dim. 19 avr. 2015 à 2:38

Je reviens d'un petit tour d'horizon plus axé juridique sur le type de protection de la faune régionale, s'agissant de la faisabilité d'un bac dit "régional".

En effet, autant j'étais dans l'erreur en sauvant quelques têtards de la dessiccation, autant je me suis quand même affolé à l'idée de ne point pouvoir prélever quelques larves de phrygane et autres petits mollusques pour essayer d'équilibrer le petit écosystème de mon bac.

Pour l'heure, le principal arsenal de protection de la faune aquatique régionale, si l'on peut parler ainsi, protège les batraciens et les reptiles. Cette protection est principalement concentrée dans l'Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection (texte complet ici).
Au niveau communautaire, on a également la Directive Habitats-Faune-Flore, et au niveau international, on a la Convention de Berne.

Je pense que l'un des apports de mon projet en terme de connaissances pour un néophyte (que je suis présentement) sera justement de présenter un projet garanti régional et légal, avec la production des sources administratives et réglementaires pour mettre les amateurs à l'aise.
Raison de plus pour que je me montre vraiment précautionneux, avant tout prélèvement, même apparemment anodin, afin d'éviter ma première grosse erreur de type "têtards".

Sorti de ces trois textes fondamentaux, cela ne veut pas dire que des spécimens (végétaux ou animaux) ne puissent pas par ailleurs être protégés et interdits de prélèvements par d'autres sources juridiques.

L'une de mes sources en la matière sera le site DORIS, qui présente la particularité de présenter quelques taxons et d'en indiquer systématiquement le niveau et le type de protection (comme ici pour le crapaud vert, exemple typique d'animal menacé et rigoureusement protégé).

Il semble que rien n'interdise de "commettre" quelques prélèvements spécifiques d'insectes et de mollusques (je pense précisément aux larves de phryganes et aux planorbes) dans la mesure où ces prélèvements ne sont pas constitutifs d'une détérioration d'un milieu protégé lui-même. Ce qui serait le cas si on y allait avec une pelleteuse dans une réserve naturelle ou si le procédé de collecte menaçait d'une manière ou d'une autre d'autres espèces qui seraient quant à elles protégées.

***

Dans mon cas, je vais donc donner les fiches lorsque cela sera possible des pensionnaires de mon bac, indiquer les raisons pour lesquelles sa présence me paraît utile pour le projet et l'équilibre de "l'écosystème" dudit bac, et fournir un lien vers un site sérieux et/ou officiel, lequel listera le niveau de protection de la bestiole ou plante en question. En l'absence de mention sur un site de type DORIS par exemple, on peut être raisonnablement certain que le prélèvement est autorisé.

Donc, s'agissant des hôtes :

- des larves de Trichoptères (ou de phryganes donc) : autorisé.
Pour moi, il s'agit d'avoir quatre ou cinq larves à terme, qui sauront manger tant des détritus que des bouts de plantes (elles me l'ont déjà prouvé :? ) et qui se comporteront comme des brouteurs et des nettoyeurs, un peu comme des planorbes, mais complémentaires par rapport à leur rendement vitesse-quantité d'ingestion/nombre de spécimens. Intérêt visuel également, ainsi que de possibles observations sur les interactions avec d'autres spécimens. Je ne prendrai que des larves phytophages et détritivores, sans tisseuses, pour la paix des ménages.

- des larves d'Ephemeroptera (ou d'éphémères) : autorisé à une seule exception mais pas la moindre ( le spécimen Palingenia longicauda ).
Problème : comment à notre niveau de connaissance (très bas donc), déterminer si cette bestiole n'est pas une Palingenia longicauda ? On chipote ? Peut-être, mais sinon, ce n'est pas intéressant. Dans le doute, je me recommande de ne pas prélever ce type de bestiole en général. La chose n'est pas si difficile. Ces larves sont extrêmement véloces. Elles déparent vite dans un récipient et ne se font pas prier pour s'échapper si on leur en laisse la moindre occasion. On peut sans difficulté relâcher ces larves sans abandonner le reste du prélèvement en laissant l'ouverture du récipient affleurer avec l'eau.
De toute manière, sauf à réellement vouloir jouer à l'observateur maniaque, une fois dans un bac régional, vous ne les verrez plus. Entre les fouisseuses et les autres, qui se cachent en permanence, elles sont quasi invisibles. De plus, elles se feront très vite dévorer par n'importe quel poisson, fut-il juvénile, si elles passent à proximité où si les cachettes ne sont pas du genre sanctuaire. Elles ont un rôle potentiel de détritivores et de phytophages, pour l'essentiel, rôle tenu haut la main par d'autres taxons moins délicats et/ou non interdits.
Enfin, sauf prouesse de votre part, vous ne verrez jamais le cycle intégral se dérouler chez vous, l'éphémère adulte nécessitant des congénères dès sa sortie de l'eau pour finir la boucle reproductive, qu'il ne remplira de toute façon probablement pas dans votre bac.
Si je cite la bestiole, c'est que dans les prélèvements de vase, vous pouvez facilement récupérer ces taxons sans le vouloir et qu'il s'en est trouvé quelques unités dans mon récipient, que je n'avais pas relâchées sur le moment.

- des planorbes (de type Planorbarius corneus) : autorisé. LE compagnon de maintenance par excellence du bac. Il ira jusqu'à toiletter respectueusement une plante, sans jamais s'attaquer à des parties saines. Il s'occupe aussi des détritus. S'il se multiplie trop, il sera temps d'envisager un prédateur-régulateur, mais cela n'est pas pour de suite, je pense.

- des mini-bestioles : autorisé :roll: , la totale quoi, infusoires, cladocères, daphnies, cyclops, etc.
Bref, que des trucs que l'on peut obtenir rapidement en prélevant de la vase sur n'importe quel fossé temporairement inondé, voire directement produire en faisant éclore des kystes fixés sur des herbes coupées plongées dans de l'eau. Reproduction facile, toujours garder un "bouillon" de ces trucs-là.
Ils serviront sur la durée de nourriture vivante pour les grosses bestioles de type écailles, mais aussi de filtres naturels de l'eau et de nettoyeurs invisibles.
Ils jouent enfin un rôle dans la régulation du phyto et du zooplancton, qui sont eux-mêmes indispensables à des trucs aussi fondamentaux pour l'équilibre du bac que le cycle de l'azote.

- S'agissant des poissons donc, mes derniers hôtes du bac, ils sont toujours pour l'heure en voie d'identification. J'avais zappé l'hypothèse gambusie, complètement.
Après quelques sueurs froides à l'idée d'avoir récupéré du black bass, je pense pouvoir l'éliminer ; je pense plutôt confirmer l'hypothèse vairon.
A cause de son caractère grégaire, de la tête à museau arrondi en fait, du fait que je les ai vu gober indifféremment quelques brins d'algue filamenteuse, des cyclops et des cladocères. Cela me conviendrait en outre parfaitement, vu son niveau de protection (à peu près nul, malgré son placement sur la liste rouge de l'UICN) et son caractère régional.
Son rôle dans un bac comme le mien tient bien sûr à son l'observation, mais il servirait aussi de maillon ultime de la chaine alimentaire. Il serait omnivore mais suffisamment petit et peu nombreux (6) pour ne pas menacer l'équilibre du milieu.
Le conditionnel, c'est parce qu'en fin de compte, c'est peut-être autre chose qu'un vairon. Des fois que.


***


Voilà l'état actuel du projet.

Je suis toujours à la recherche du végétal de remplacement si je dois me défaire de la callitriche. La remplaçante serait donc une plante régionale, à pousse rapide, pouvant servir d'abri à des mini-bêtes, de préférence immergée... le St Graal quoi.

Avatar du membre
jean-francois
Messages : 1384
Enregistré le : sam. 28 déc. 2013 à 6:00
Localisation : Bruxelles

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par jean-francois » dim. 19 avr. 2015 à 3:39

Ralke a écrit :si quelqu'un connait le petit nom de cette plante
cresson ?

Avatar du membre
domi03
Grande œutesse
Messages : 8690
Enregistré le : dim. 23 août 2009 à 8:02
Localisation : Allier, Bourbon l'Archambault

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par domi03 » dim. 19 avr. 2015 à 7:59

Et bien, c'est presque de la science ton projet! bien documenté... je vais suivre ça avec intérêt :)

Avatar du membre
Stalker
Messages : 3805
Enregistré le : mar. 05 juin 2012 à 9:48

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Stalker » dim. 19 avr. 2015 à 8:08

tl;dr

Astaras
Captain Iglo
Messages : 782
Enregistré le : ven. 22 mars 2013 à 11:28
Localisation : Talence (33)

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Astaras » lun. 20 avr. 2015 à 9:54

En midi Pyrénées c'est une possibilité le vairon, je me rappel en avoir vu en grosses quantité dans les lacs de montagne.
Après je ne sais pas où t'habites exactement. L'idéal est de demander l'avis à un pêcheur du coin qui connait les espèces locales, je sais par ex que chez moi le vairon je l'élimine direct.

Ralke
Messages : 455
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 à 9:56
Localisation : Tarn

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Ralke » lun. 20 avr. 2015 à 20:46

Je suis situé dans le Tarn, Astaras, (ce qui n'avance pas forcément la question, parce qu'on a pas mal de biotopes différents dans ce département, entre la plaine, les collines et la petite montagne, l'urbain semi-rural, l'agricole et les réserves naturelles)... je touche à deux types de biotopes déterminés, pour ma part. Je suis à proximité des collines boisées et dans une vallée fluviale semi-rurale-agricole, tout à côté d'une petite réserve naturelle. Franchement, autant vous donner mon adresse exacte à ce compte là ( :D ).

Pour les pêcheurs du coin, c'est une idée de très bon sens ! mais je n'en fréquente pas vraiment.

_ Jean-François : nan, pas cresson. Le cresson est assez identifiable avec les feuilles, comme la Berle ; en outre, il me semble que le cresson a une pousse bien plus rapide (enfin, ça, je suis seul juge de la cadence de la plante en question, je le reconnais).

_ Domi : ouaip, cela fait un peu j'ramène ma science, mais comme j'ai l'impression que je vais manier des taxons peu ou pas utilisés par la plupart des autres membres, je me sens un peu tenu d'être précis.
Pour le côté régulation par des taxons plus ou moins spécifiques par d'autres spécimens, façon "poule-renard-vipère", je pense que c'est une obligation avec la contrainte "régionale" ; parce que dans le cas contraire, c'est l'eutrophisation ou l'épuisement assuré à très court terme, un peu comme dans la plupart des fossés inondés, qui n'ont qu'une vocation aquatique temporaire et dont la population dulcicole est frénétique.
C'est d'ailleurs un peu la raison d'être des réserves-doutes d'Astaras, finalement. Avec des spécimens régionaux, les ajustements et équilibrages vont relever du sport extrême, notamment en terme de frénésie végétale et de cycles.

_ Stalker : Je sais, désolé, :oops: . Je modèrerai petit à petit mon enthousiasme côté pavés... là, j'ai surtout rattrapé l'avance entre le début de la mise en place du projet et l'état actuel.

Avatar du membre
Stalker
Messages : 3805
Enregistré le : mar. 05 juin 2012 à 9:48

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Stalker » lun. 20 avr. 2015 à 20:58

Lysimachia nummularia?

Ralke
Messages : 455
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 à 9:56
Localisation : Tarn

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Ralke » lun. 20 avr. 2015 à 21:03

Banco Stalker !

Lysimachia nummularia, c'est à peu près certain. Mais comment as-tu fait pour trouver aussi vite ?

Avatar du membre
Stalker
Messages : 3805
Enregistré le : mar. 05 juin 2012 à 9:48

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Stalker » lun. 20 avr. 2015 à 21:10

J'en ai dans mes bacs (merci... je sais plus qui :mrgreen: ), pas mal de plantes ont cette tronche mais en local ya que ça je crois.

Avatar du membre
Bulette69
RACette
Messages : 3306
Enregistré le : mer. 22 oct. 2014 à 19:20
Localisation : Lyon 8
Contact :

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Bulette69 » mer. 22 avr. 2015 à 11:40

Je me régale à te lire.

Avatar du membre
Carine
Coupée
Messages : 1204
Enregistré le : ven. 31 oct. 2014 à 13:49
Localisation : Echirolles (38)

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Carine » jeu. 23 avr. 2015 à 8:52

Tiens j'ai des phryganes dans mon bassin qui sont arrivées toutes seules.
Ralke a écrit :Je suis toujours à la recherche du végétal de remplacement si je dois me défaire de la callitriche. La remplaçante serait donc une plante régionale, à pousse rapide, pouvant servir d'abri à des mini-bêtes, de préférence immergée... le St Graal quoi.
Ceratophyllum ? Myriophyllum ?

Ralke
Messages : 455
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 à 9:56
Localisation : Tarn

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Ralke » jeu. 23 avr. 2015 à 15:17

Merci Bulette ! :)

_ Carine : Ah ! En fait, tu touches du doigt un point sensible, si si.
Explication : je souhaitais récupérer de la Ceratophyllum demersum, parce qu'elles sont plutôt courantes, plutôt pionnières, elles assainissent bien, luttent contre les cyanobactéries, forment des refuges idéaux pour les bestioles que je souhaiterais avoir dans mon bac, mais baste ! je n'en trouve pas ! Il y a de cela quelques années seulement, on n'avait qu'à se baisser pour en ramasser, mais aujourd'hui, je fais chou blanc.

Je n'ai même pas réussi à identifier les endroits et biotopes qu'elles affectionneraient dans les environs.
Sans conteste, s'il y en a qui en ont sur le forum, - et qui peuvent l'identifier avec une certitude raisonnable parce que bon, c'est pas si évident -, je suis preneur. C'est une plante robuste, facile à transporter dans une enveloppe type papier bulle humidifié par exemple, bref LE St Graal que je recherche en ce moment.

Pour ce qui est de la Myriophyllum aquaticum (pour ceux qui veulent suivre), ts ts :evil: , surtout pas. Ce serait une hérésie, tant cette plante est insupportable de par son profil : invasive, amerloque (du Sud, mais peu importe), destructrice des milieux autochtones, bref, c'est le mââl...

Du coq à l'âne :
Si tu as des phryganes dans ton bassin, sans avoir eu besoin de les y transporter, je trouve cela assez gratifiant pour toi.
Cela veut dire a minima que ton bassin est pas mal intégré du tout dans les environs (personnellement, je le mettrais en niveau 2 sur mon "échelle de Richter de la qualité d'un point d'eau"). J'ai l'impression que c'est plus compliqué que de récupérer de "vulgaires" larves de libellule (niveau 1). Mais le top de la réussite sociale pour un bassin, de mon humble avis, au niveau des larves d'insecte, c'est évidemment la larve d'éphémère (niveau 3 voire 4 pour certaines espèces plus délicates). Non pas, comme je l'ai eu dit, que leur observation soit fascinante, au mieux on ne les voit pas, mais c'est révélateur d'un niveau de qualité et d'intégration dans le cycle naturel local assez sympathique. Parce que leur cycle de reproduction nécessite des conditions que l'on retrouve assez rarement dans des points d'eau artificiels et/ou limités dans leur taille.
Il date de quand, ton bassin ? Il est ancien ?

Avatar du membre
Roland13
Bon samaritain
Messages : 888
Enregistré le : dim. 29 juin 2014 à 22:36
Localisation : Marseille

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Roland13 » jeu. 23 avr. 2015 à 15:23

Je vais encore dire une connerie (futur Moulick dans l'âme :wink: ), mais les éphémères se reproduisent dans des eaux courantes et non stagnantes ?
"Finir est souvent bien plus difficile que commencer."

Avatar du membre
Stalker
Messages : 3805
Enregistré le : mar. 05 juin 2012 à 9:48

Re: La bac de Ralke : produits du terroir midi-pyrénéen...

Message par Stalker » jeu. 23 avr. 2015 à 15:28

Stagnantes aussi... en tout cas il y en a dans toutes les mares.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités